Gérard Bonneaud et les Ondes Gravitationnelles

12 Octobre 2017 - conférence donnée aux élèves et aux Angoumoisins accueillis dans le Lycée, sur le thème des Ondes Gravitationnelles.







1947. Naissance en Allemagne où son père, militaire, était en poste.
1955 à 1957. CM1 et CM2 à Guez-de-Balzac à Angoulême.
1975. Thèse de doctorat ès sciences et choix de devenir «physicien des particules élémentaires».
1977. Il rejoint le Cern comme boursier.
1980. Arrivée à Stanford comme chercheur invité, puis comme «research senior associate».
1986. Nommé à l’École Polytechnique et au CERN, travaille sur l’expérience Aleph auprès du grand collisionneur LEP.
1994. Contribue à fonder l’expérience BaBar.
2001. Première publication de BaBar, montre l’origine de l’asymétrie matière-antimatière (prédite en 1974 par les physiciens théoriciens japonais Makoto Kobayashi et Toshihide Maskawa qui reçoivent le prix Nobel de physique en 2008).

Deux années à Guez de Balzac et un indéfectible attachement s’est noué. Attachement qui vient de se confirmer par son entrée au Conseil d’Administration de l’Amicale des Anciens du Lycée. Notre ami est revenu une fois de plus dans « son Lycée » . Cette conférence a eu lieu quelques jours après l’attribution du Prix Nobel de physique à l’un de ses amis et collègue, pour leurs recherches communes dans ce domaine. Il devait manifester son émotion au début de celle-ci, et nous lui laissons la parole pour la présenter.

« Une onde gravitationnelle est une infime ondulation du tissu de l’espace-temps, qui se propage à la vitesse de la lumière.
Dès 1918, Albert Einstein prédit l’existence des ondes gravitationnelles comme conséquences de sa théorie de la Relativité Générale publiée en 1915.
Les ondes gravitationnelles sont donc des perturbations de l’espace-temps : quand une masse est accélérée, ou change sa configuration, son champ gravitationnel change et l’information se propage vers l’extérieur à la vitesse de la lumière.
La gravitation étant la plus faible des quatre forces fondamentales - les autres sont la force électromagnétique, la force nucléaire faible et la force nucléaire forte – les ondes de gravitation sont extrêmement petites. La recherche des ondes gravitationnelles est donc une quête d’infimes effets, conséquences de quelques un des événements astrophysiques les plus énergétiques en provenance des profondeurs de l’Univers. On s’attend ainsi à ce que les ondes gravitationnelles observables soient émises par des étoiles en rotation dans des systèmes binaires, des trous noirs, des explosions d’étoiles massives et par des phénomènes qui se sont produits quelques instants même après la naissance de l’Univers, le Big Bang.
Il faut certainement ajouter à cette liste des sources astrophysiques encore inconnues…
Les premières observations d’ondes gravitationnelles, en plus de confirmer de façon éclatante la théorie d’Einstein, nous offrent la possibilité d’une vision renouvelée de l’Univers à travers la naissance de l’astronomie gravitationnelle qui ouvre ainsi une fenêtre d’observations insoupçonnables. Le chemin pour y parvenir sera cependant long ; il devra faire l’objet de développements technologiques révolutionnaires, mais notre cosmologie en sera profondément transformée !
C’est clairement la prochaine frontière de la physique expérimentale…

Nous tenterons d’exposer tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les ondes gravitationnelles mais que vous n’avez jamais osé demander !… »

Dr. Gérard Bonneaud
Directeur de Recherche Émérite CNRS
Gravitation: l’Ultime Frontière!
Premières Observations des Ondes Gravitationnelles